ECOLOGIE OU CONNERIE ?

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #3228
    BONGAS François
    Participant

    Faut-il en rire ou en pleurer ??? cid:CD5CDCDB0F2144F4B6DB94DDF00D8784@PatrickPC

    La réponse des Suédois est-elle écologique !!!!!..

    Là on atteint un pic de la connerie écolo.

    Il n’y a pas que les éoliennes qui sont gelées, certains cerveaux aussi…..

    cela se passe en Suède, le merveilleux pays de Greta.

    Le pays est couvert d’éoliennes car il faut éviter d’utiliser des énergies fossiles responsables du réchauffement climatique. Le problème, c’est que l’hiver, il fait froid et les pales des éoliennes gèlent.

    Heureusement les verts Suédois ont trouvé la solution ! Un mélange d’eau et de glycol est chauffé pendant la nuit à l’aide d’un camion équipé d’un brûleur fioul de 260 kW. À l’aube, 44 mètres cubes d’eau à 60 degrés se trouvent dans les réservoirs et l’hélicoptère peut commencer à voler en navette vers l’éolienne dont les pales sont givrées. A chaque tour, il faut 850 litres de mélange à base de glycol (antigel catastrophique pour l’environnement et mortel si ingéré) dans un réservoir, avec un pulvérisateur à moteur. Pour réussir le dégivrage, le débit doit être élevé car tout le réservoir doit être pulvérisé en deux minutes. Pour effectuer l’opération, trois personnes sont nécessaires. Un pilote d’hélicoptère, un opérateur qui contrôle le pulvérisateur à l’aide d’un joystick et une personne au camion qui s’assure que l’hélicoptère peut remplacer rapidement le réservoir vide par un plein.

    (Heureusement, comme disait Coluche, pour qu’un écologiste soit élu Président, il faudrait que les arbres votent)

    #3323
    BONGAS François
    Participant

    Le magazine Automobile Propre vient de réaliser un test grandeur nature
    du Kia e-Niro 64 kWh sur un trajet Paris Lille (220km) et on dresse le
    bilan ..

    Voilà une information qui va en faire réfléchir plus d’un !

    Et après, on nous fait un bourrage de crâne avec l’écologie.

    Merveilleuse voiture électrique !

    Et ils ont fait le trajet de jour !

    Imagine le même trajet de nuit (donc avec les feux) en hiver (chauffage)
    avec précipitations (essuie-glaces) et on n’envisage même pas le
    dégivrage de la lunette arrière !

    Nos braves essayeurs sont partis de Paris avec un véhicule chargé à bloc
    et affichant une autonomie prévisionnelle de 477 km, permettant donc
    (théoriquement) de faire l’aller-retour. Ils rejoignent Lille à une
    vitesse moyenne de 96 km/h pour constater que vitesse et chauffage ont
    drastiquement réduit l’autonomie et qu’il ne reste que 90 km d’autonomie.

    Il faut donc « faire le plein » pour pouvoir rentrer. Ils décident de
    repartir en direction de Paris afin de charger sur l’aire de
    Saint-Léger, à 57 km au sud de Lille, cette aire étant équipée d’une
    borne rapide Corri-Door censée délivrer jusqu’à 50 kW en courant continu.

    Arrivés sur place, il leur reste seulement 5% de batterie pour 15 km
    d’autonomie restante affichée. Mais la charge plafonne à 40 kW, elle va
    s’interrompre soudainement après avoir fourni seulement 1,9 kWh à la
    batterie de la Kia.

    Une seconde session de charge leur permet de récupérer 1,7 kWh de plus.

    Les appels auprès du gestionnaire de la borne ne parviennent pas à
    résoudre le problème.

    Après 4 sessions et seulement 7,3 kWh récupérés en plus d’une heure de
    manipulations, ils repartent pour terminer la charge sur une autre
    station.

    Ils doivent parcourir 75 km avec 26% de batterie pour atteindre l’aire
    de Ressons-Ouest qui dispose d’une borne du réseau Corri-Door. A 110
    km/h sur l’autoroute, ils atteignent la borne avec des sueurs froides
    : le e-Niro est passé en « mode tortue » sur l’accès à l’aire. La
    vitesse décline très rapidement et soudainement la vitesse maximale
    plafonne à 15 km/h, permettant tout juste d’atteindre la borne : Il
    reste 1% et 1 km d’autonomie.

    Heureusement, cette fois la borne fonctionne correctement et ils
    récupèrent 58 kWh en 1h20, permettant de rentrer à Paris.

    Le temps de charge totale s’approche de 2 h 30 … heureusement qu’il
    n’y avait pas d’attente à la borne et qu’ils n’avaient pas prévu un
    rendez-vous en soirée…

    Le tarif de la recharge est particulièrement salé : via le Pass
    Chargemap, ils ont du acquitter 23,16 euros, pour les 300 km effectués
    entre le matin et la borne de recharge.

    Ce coût porte l’usage de la Kia e-Niro 64 kWh au même niveau que son
    équivalent thermique essence, pour une source énergétique pourtant pas
    encore frappée de fiscalité.

    Cette expérience met également en avant la problématique de la fiabilité
    des bornes de recharge et le coût de leur maintenance qu’il faudra bien
    supporter d’une façon ou d’une autre.

    Enfin, elle pose aussi la question de la tarification très variable des
    différents opérateurs de réseaux de bornes et de leurs opérateurs
    commerciaux (ChargeMap,Sodetrel, Ionity …)

    Intéressant, hein ???

    2h30 de charge et 23 euros pour faire 300 km !!!

     » …une source énergétique pourtant pas encore frappée de fiscalité… »

    ERREUR !!! Grossière erreur ! La fameuse TIPP (taxe intérieure sur les
    produits pétroliers) a été rebaptisée TICPE pour Taxe Intérieure sur la
    Consommation des PRODUITS ÉNERGÉTIQUES, donc l’électricité aussi.

    Quand tous les gogos a uront leur bagnole électrique qu’ils rechargeront

    sur leur prise spéciale raccordée à  » INDEX INACTIF 5  » de leur compteur
    Linky, ils comprendront que sur cet index là, le Kw/h ne coûte pas 0,75€
    mais 1,35€ soit 86€ le plein de 64 Kwh pour parcourir 200 Km.

    Et que disent les « écolos » ?

    Les écolos sont plus intéressés par leur avenir politique que par le
    devenir de la planète !

    Moralité, merci de faire circuler largement

    #3324
    Sébastien Escalier
    Participant

    Ne pas mélanger écologie et voiture.
    L’effort sur la réflexion écologique doit être fait par de bonne différenciations de thèmes, le bourrage de crane est nécessaire, les clefs de compréhensions et la lucidité encore plus.

    #3363
    BONGAS François
    Participant

    Ne pas mélanger écologie et voiture.

    Bien mais alors que proposez-vous pour se déplacer en zone rurale ? le mulet ou ????

    Comme vous le suggérez il faut rester lucide.

    #3367
    Sébastien Escalier
    Participant

    Le Traffic routier représente entre 25 et 30 % des émissions de CO2
    La population vivant dans un « espace dit » rural représente entre 20 et 25% de la population de notre territoire
    Donc je le répète, ne pas mélanger écologie et automobile.

    Ce que je propose? Travailler sur ce qui aura de l’effet. Vous comprendrez donc peut être que je n’attaque pas la population rurale dans leur mode de déplacement, donc inutile de sortir l’épouvantail ou le mulet (c’est assez réducteur pour nos compatriotes ruraux d’ailleurs)

    #3647
    daufresne.michael
    Participant

    Il est évident que le sujet de l’énergie est complexe. Il ne peut pas se résumer à qui a raison ou tort. Je pense que toute solution est bonne à être utilisée.
    La voiture électrique a un sens si elle est utilisée à bon escient. C’est à chacun de voir le bénéfice qu’il peut en tirer dans son utilisation au quotidien.
    Le problème est qu’actuellement la voiture électrique est vantée comme étant la seule alternative à la thermique et surtout comme étant un modèle absolument vertueux.
    Ce qui est faux. Comme tous les autres types de véhicules elle pollue, mais pas chez nous…
    Ce que je remarque aussi c’est que les pouvoirs publiques, une fois de plus, s’attaquent aux privilèges du petit peuple que sont les moyens de transport individuels thermiques (pour la plupart indispensables dans la vie quotidienne) alors que des secteurs d’activités tels que les transports aériens ou maritimes ont très peu de pénalisations (d’après ce que j’en sais). Encore une fois les petites gens doivent payer pendant que les entreprises engrangent.

    #3651
    Oscar
    Participant

    Personnellement, je ne pense pas que l’avenir de la mobilité individuelle peut se satisfaire d’une technologie basée sur les batteries. Cette filière technologique repose trop sur des matériaux métalliques donc sur des ressources minières en quantité géologique limitée et nous sommes devenus dans ce domaine, trop dépendants des technologies asiatiques (3x hélas). De plus, la filière d’extraction au demeurant très polluante, nécessite de grosse quantité d’énergie trop souvent fossile. Ces exploitations minières sont en plus situées au bout du monde… Elles ne sont donc pas un gage de souveraineté et n’offrent aucune autonomie stratégique.
    Les seules énergies qui pourraient garantir notre autonomie stratégique serait les carburants de synthèse (ou l’e-fuel) produits sur le sol national. Plusieurs axes : le méthane vert, la filière méthanol, les carburants produits à partir de la biomasse, dits de deuxième génération voire troisième génération.
    On ne peut que constater la bêtise crasse de la commission de Bruxelles (dans ce domaine comme dans plein d’autres) de vouloir interdire les moteurs à combustion interne.
    Transitoirement, la production de méthane pourrait se faire à partir des ressources houillères par gazéification du charbon (gaz de houille) pour nous amener à obtenir plus rapidement cette autonomie stratégique. Le potentiel français dans ce domaine est immense. Les véhicules thermiques fonctionnent très bien au gaz méthane dit naturel, même mieux.
    Sans un état stratège souverain,
    nous n’arriverons à rien

    #3725
    BONGAS François
    Participant

    Bonjour, j’ai pris congés en allant respirer l’ai du large sur l’ile de NOIRMOUTIER. De retour je soumets à votre sagacité cet article du Philosophe Yves ROUCAUTE https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Roucaute
    « Sauver la planète de l’humanité est une galéjade »
    Yves ROUCAUTE. – Dans ce livre, j’oppose à l’obscurantisme de l’écologie punitive l’histoire de la planète et la condition humaine et parmi toutes les inepties que j’analyse celle-ci est la plus absurde. Depuis la formation de la Terre, il y a 4,55 milliards d’années, Gaïa la douce a exterminé 99,99% du vivant et, depuis 7 millions d’années, date d’apparition de nos ancêtres homininés, elle a continué, éliminant 21 des 22 espèces du genre Homo. Réchauffements, glaciations, séismes, volcans, tsunamis, cyclones, inondations sont ses câlineries habituelles. L’idolâtrie de la Terre cache le désir totalitaire de quadriller nos vies. En son nom, le maire de Lyon s’oppose à la coupe du monde de rugby, celui de Poitiers aux aéroclubs, d’autres au sapin de Noël, au foie gras, tous à la voiture. Leur ennemi, comme le montre encore le maire de Grenoble avec le burkini, c’est la liberté. L’urgence est de sauver l’humanité
    L’humanité serait-elle coupable du réchauffement climatique ?
    Voilà une autre galéjade. L’humanité a un rôle dérisoire. Avant elle, sauf glaciations, les températures étaient beaucoup plus élevées que les 15°C d’aujourd’hui. Les dinosaures broutaient au Groenland par une température de 29°C. Depuis 2,8 millions d’années, les humains ont subi 17 glaciations, entrecoupées de période plus chaudes qu’aujourd’hui. Avant la dernière glaciation, les hippopotames se baignaient dans la Tamise. Le seul réchauffement d’il y a 4200 ans détruisit nombre de civilisations, celui de 950 permit aux Vikings de créer deux colonies au Groenland. Les variations climatiques sont la règle, l’humanité tente de survivre.

    Quel est le lien entre les activités humaines et l’effet de serre ?
    Dérisoire. Le taux de CO2 est aujourd’hui 8 à 17 fois inférieur à celui des dernières 545 millions d’années. Il n’est pas la principale source du gaz à effet de serre, qui, pour plus de 60%, est la vapeur d’eau, et qui arrête les rayons gamma et X du soleil, créant la couverture chauffante qui permet la vie. Grâce aux sciences, il est devenu source d’énergie et d’oxygène par les feuilles artificielles, les micro-organismes, les puits bleus.

    Vous mettez en doute les études du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ?
    Déjà, le rapport Meadows de 1972 prévoyait la famine pour cause d’agriculture intensive. Il y avait 3,7 milliards d’habitants, il y en a 7,8 milliards. 36% de la population mondiale était en insécurité alimentaire, 8% aujourd’hui. Depuis 1988, le Giec s’est mis sur le marché de l’Apocalypse now. Son directeur Hoesung Lee, après des études littéraires, a commis une thèse en économie sur le réchauffement où ses prévisions se sont révélées fausses. Son frère, premier ministre sud-coréen, l’a donc fait nommer directeur. Depuis, c’est la course aux subventions. La véritable écologie combat toutes les pollutions, dont les pollutions intellectuelles.

    La guerre en Ukraine ne plaide-t-elle pas en faveur des énergies renouvelables ?
    Elle plaide en faveur d’un rejet des pyromanes qui ont mis les plus crédules en situation de dépendance envers la Russie après les avoir convaincus d’abandonner charbon et nucléaire. Ils ânonnent sur les mérites des éoliennes. 30 000 rouillent aux USA. D’une vie de vingt ans, l eur excavation n’est jamais complète, polluant les sols, sans même évoquer ses déchets et les oiseaux tués. À l’inverse, un réacteur nucléaire de 1500 MW produit l’énergie de 10 000 éoliennes et il dure soixante ans.

    Que pensez-vous de la planification écologique d’Emmanuel Macron ?
    Planifier le climat, les soviétiques n’y avaient pas pensé. La Première ministre va donc contrôler les causes du réchauffement, le soleil, ses radiations, ses éruptions nucléaires, l’angle de l’orbite et l’axe de rotation de la Terre, la lune, les météorites, les forces souterraines qui produisent séismes, éruptions volcaniques, tsunamis. Magique.

    Quel regard posez-vous sur l’accord entre Jean-Luc Mélenchon, les Verts (EELV) et le PS sur l’écologie ?
    Ils sont d’accord pour culpabiliser l’Occident et rejeter le capitalisme avec le P.S. qui a passé par-dessus bord Jaurès pour un plat de lentilles électorales et qui a oublié que la croissance permet d’améliorer la vie et d’assurer la puissance de la nation.

    Comment réagissez-vous aux jeunes diplômés d’AgroParisTech qui ont appelé à « déserter » l’agro-industrie ?
    Ces jeunes, victimes de l’obscurantisme vert, ne croient plus guère en rien, sinon en l’apocalypse qui vient. Ils démontrent que si science sans conscience est ruine de l’âme, une conscience sans science peut être perdue.

    Vous défendez la véritable écologie, qu’entendez-vous par là ?
    Le mot « écologie » est composé de « éco » qui vient du grec « oïkos » qui veut dire « maison » et non « planète ». Une maison est un habitat construit en arrachant des éléments à la planète pour se protéger d’elle, du froid, du chaud, des pluies, du vent. La vraie écologie communie avec la nature humaine, qui n’est pas un sous-système de la planète mais une énergie créatrice, un « homo creator » qui humanise la planète.

    A l’obscurantisme écologique, vous opposez la Bible, pourquoi ?
    Imaginer une église verte idolâtre est une aberration. La Bible et les Lumières portent le même message d’humanisation du monde. Contrairement à ce que pensait Nietzche, être du côté de la libre créativité n’est pas s’opposer à l’humanisme, au contraire. L’humanisme de la philosophie de la créativité que je défends libère la créativité de tous les humains. Remettre l’homme au centre de l’univers et favoriser sa domination de la nature, voilà le chemin de la vraie moralité. Pourchasser ce qui nuit à sa joie de vivre, à sa liberté, à sa puissance, voilà le chemin de la véritable écologie. Si un peu de science nous éloigne de la spiritualité, beaucoup de science nous y ramène.

    JE SUIS ET RESTE ATHÉE

    Bonne lecture et au plaisir de lire vos commentaires

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.